Pixid s'empare d'un ATS dédié à l'intérim


Par Xavier Biseul | le mercredi 16 mai 2018 | Externalisation RH
Pixid s'empare d'un ATS dédié à l'intérim

Avec l’acquisition de Carerix, annoncée il y a quelques jours, Pixid enrichit sa plateforme d’un outil de sourcing d’intérimaires tout en se renforçant dans les pays du Benelux.

En s’emparant de la société Carerix, en avril dernier, Pixid a fait d’une pierre deux coups. L’éditeur français, qui a été créé en 2014 grâce aux efforts conjugués d’Adecco, Manpower et Vediorbis (racheté depuis par Randstad), complète tout d’abord sa couverture fonctionnelle. Dédiée au monde du travail temporaire, sa plateforme en mode SaaS dématérialise déjà un grand nombre de process comme la gestion des candidats et le traitement des fiches de paie, des contrats et de la facturation. Il lui manquait la brique de sourcing que lui apporte cet éditeur néerlandais de solutions de recrutement spécialisé, lui aussi, dans l’intérim. Avec cette acquisition, Pixid poursuit, par ailleurs, son développement à l’étranger. Revendiquant 720 clients et 10 000 utilisateurs par jour, Carerix est l’un des acteurs majeurs au Benelux. L’entreprise, qui emploie plus de 70 personnes, est également présente dans 17 pays via les filiales de ses grands clients, parmi lesquels Adecco, Manpower, Randstad et USG.

Depuis maintenant plus d’un an, Pixid a mis le cap sur l’international avec pour ambition de devenir un acteur incontournable en Europe. En mars 2017, le groupe de 180 collaborateurs rachetait le britannique The Internet Corporation, éditeur spécialisé dans le recrutement. Il mettait aussi un pied sur le marché allemand en nouant un partenariat avec Landwehr, éditeur de solutions logicielles pour les fournisseurs de travail temporaire et en adhérant à deux associations fédérales du monde de l’intérim, BAP et iGZ.

 Du sourcing à la paie, une expérience unifiée

L’intégration fonctionnelle de l’ATS de Carerix pendra un certain temps qu’Etienne Colella, président de Pixid, évalue à 18 mois. « Le temps de créer des ponts puis des liens natifs afin de faire dialoguer les deux outils. » Pour autant, Pixid mettra à disposition de ses clients, dès le quatrième trimestre de cette année, des interfaces assurant la transmission de candidatures vers Pixid. « Notre approche sera pragmatique », affirme le dirigeant, qui entend ne pas perturber l’organisation des 7 400 agences d’intérim en France équipées de sa solution, soit 90 % du marché. Etienne Colella rappelle d’ailleurs que cette demande d’un ATS vient du terrain. « Les agences sont venues nous réclamer un outil pour sourcer les intérimaires. Elles reçoivent des commandes au travers de Pixid mais doivent ensuite aller vers les jobboards ou LinkedIn pour chercher les candidats correspondants. » Avec Carerix, elles pourront générer des candidatures depuis les sites d’emploi et les réseaux sociaux, en mode multiposting, ou directement depuis leur portail.

« A terme, l’objectif est de proposer une expérience client unifiée, poursuit-il. Il s’agit d’apporter un flux naturel de candidatures, soumises à approbation par l’entreprise cliente. Une fois validées, elles seront gérées par notre plateforme jusqu’à la signature électronique du contrat ». Une industrialisation rendue indispensable par les contraintes opérationnelles de certains donneurs d’ordre qui, comme Amazon, font appel à des centaines d’intérimaires sur un temps très court. Au-delà de cette approche « bundle », Carerix sera toujours proposé en produit « stand alone » pour fonctionner avec d’autres systèmes de gestion des fournisseurs que celui de Pixid. « La marque Carerix sera conservée. Elle a une très bonne notoriété dans les pays où elle est présente », conclut-il.

Transférer cet article à un ami