L'externalisation de la fonction RH : un plus pour les DRH ?


Le lundi 30 mai 2011 | Externalisation RH
L'externalisation de la fonction RH : un plus pour les DRH ?

Le cabinet de conseil ConvictionsRH vient de réaliser un Livre Blanc sur l’externalisation de la fonction RH. Cette étude intitulée « L'externalisation de la fonction RH : une organisation créatrice de valeur pour les DRH ? », livre une analyse de ce phénomène tout en mettant en perspective ses bénéfices et ses risques, et en apportant certaines recommandations.

L’externalisation de la fonction RH a ses adeptes et ses détracteurs. C’est dans ce contexte que ConvictionsRH a décidé d’apporter une vision plus claire des enjeux et des objectifs de l’externalisation. “Il y a de grands débats autour de ce sujet aussi avons-nous décidé d’apporter un document synthétique reprenant les gains et les risques de la sous-traitance”, explique Franck Tujek, Manager chez ConvictionsRH. Pour ce faire, le cabinet a interrogé au début de l’année, une cinquantaine de directeurs des ressources humaines sur les enjeux et les motivations des entreprises face à l’externalisation de la fonction RH.

Il ressort tout d’abord que les entreprises qui choisissent d’externaliser leur fonction RH, se concentrent plus facilement sur les gains, que sur le processus d’externalisation en lui-même. “Les entreprises ne pensent pas assez au choix du partenaire, à la définition de sa mission, au degré de service à apporter, au périmètre de la sous-traitance”, note Franck Tujek.

Réussir son externalisation

Autre constatation, les entreprises ne prennent pas assez en compte le rôle du DRH au moment de l’externalisation, de même que les changements que cette dernière engendre nécessairement. “La gestion du changement, l’accompagnement des managers et des employés, sont des composantes importantes qu’il ne faut pas négliger, si l’on veut réussir une externalisation, constate le manager. Il faut ainsi mettre en place des initiatives relatives à la gestion du changement.” L’anticipation et l’encadrement des personnes impactées par la sous-traitance sont donc indispensables.

Enfin, l’étude souligne qu’il est important que les entreprises gardent la maîtrise de certains des processus. “ Tout ce qui relève du transactionnel peut être facilement sous-traité, en revanche les entreprises devraient  conserver en interne, ce qui a un impact sur l’organisation”, conclut Franck Tujek.

Agnès Wojciechowicz

Transférer cet article à un ami