Happy to Meet You, le recrutement nouvelle génération alliant digital et proximité


Par Xavier Biseul | le jeudi 18 janvier 2018 | Externalisation RH
Happy to Meet You, le recrutement nouvelle génération alliant digital et proximité

Basée à Rennes et Nantes, cette agence de conseil RH met le numérique au service du recrutement et de la marque employeur tout en capitalisant sur son ancrage régional. Elle entend dupliquer son concept dans d’autres métropoles françaises.

30 ans d’expérience à eux deux dans les ressources humaines. Avant de créer Happy to Meet You, François Gougeon et Florent Letourneur ont pu éprouver leur savoir-faire dans de grands groupes. Comme responsable RH des laboratoires AES et bioMerieux pour le premier, chez Lactalis et Groupama pour le second. Un parcours qui leur aura permis de constater la faible adoption par les entreprises du digital dans l’acquisition et la fidélisation des talents.

C’est sur la base de ce constat que les deux entrepreneurs ont ouvert leur première agence Happy to Meet You (HTMY) à Rennes en février 2016, puis une autre à Nantes en mai 2017. Original, leur positionnement repose, d’un côté, sur leur expertise en matière de sourcing sur les réseaux sociaux, d’e-réputation et de stratégie marque employeur et, de l’autre, sur un ancrage régional.

Le sourcing ne se limite pas à LinkedIn

La société vient de lancer une campagne de crowdfunding sur la plateforme Options afin de lever 50 K€ et poursuivre son développement. « Nous souhaitons couvrir deux nouvelles villes en 2018 et deux autres en 2019, avance Florent Letourneur, co-fondateur. Parmi les pistes envisagées, il y a Brest et Paris mais aussi Bordeaux et Lyon. Le choix des implantations se fera en fonction des rencontres. Les professionnels retenus devront incarner l’état d’esprit Happy to Meet You dans ces villes. »

Le recrutement tel que le conçoit HTMY diffère, en effet, des cabinets traditionnels. « Le sourcing ne se limite pas à recenser les professionnels déclarés sur LinkedIn et Viadeo ou à trier les candidatures générées par une offre, poursuit Florent Letourneur. C’est insuffisant. Les profils rares, comme les spécialistes en cybersécurité, ne sont pas forcément visibles dans les CVthèques ou sur les réseaux sociaux professionnels. Il faut aller les chercher dans les communautés d’experts ». Les profils recherchés par HTMY sont à 40 % des postes IT, à 30 % des commerciaux et des business développeurs et à 30 % des métiers du support.

L’autre corde à l’arc de HTMY, c’est sa capacité à élaborer une stratégie de marque employeur. « Il faut donner une image de l’entreprise qui va au-delà de son site web, raconter une histoire authentique, pas marketée, en apportant des éléments de contenus différenciants. »

L’agence met notamment en scène les recruteurs dans des vidéos que l’on peut retrouver sur sa chaîne YouTube. « Si on envoie un mail à un développeur informatique il ne le lira mais il visionnera un vidéo d’une minute trente. » HTMY fait aussi du coaching de dirigeants du comité de direction pour qu’ils s’expriment à la première personne sur les réseaux sociaux. « Cette parole directe est souhaitée par candidats. »

La marque employeur, c’est aussi savoir gérer les départs

Pour autant, la marque employeur ne se réduit pas à la communication externe. Dans une acception élargie de « l’expérience collaborateur », c’est aussi un dispositif interne pour recueillir l’avis des collaborateurs sur leur conditions de travail, leurs souhaits d’évolution. Un suivi qui va de l’intégration du salarié à son départ qu’il convient de bien gérer. « Une démission qui se passe mal, ça se sait, surtout si le bassin d’emploi est restreint. Cela dénature la marque employeur », déplore Florent Letourneur qui participe à une quinzaine de conférences sur le sujet par an.

Enfin Happy to Meet You ne s’appelle pas ainsi pour rien et insiste sur le lien de proximité. « Le digital reste un outil, l’ancrage local est essentiel pour échanger, rencontrer des candidats. » La société est basée au Mabilay, immeuble symbolique du centre-ville rennais. Florent Letourneur siège au directoire de la French Tech de Rennes Saint-Malo. HTMY est également présent au sein de la French Tech de Nantes et celle de Brest Lannion.

Parmi ses clients, on compte un bon tiers de startups comme Newcy, Klaxoon et Télécom Santé, 60 % sont des PME et des ETI dont Mediaveille (webmarketing) et Retis (Services et conseils IT), et 10 à 15 % des grands groupes avec Faurecia, Beaumanoir et Atlantic comme références. HTMY recrute également pour lui-même. Composée d’une quinzaine d’experts dans le sourcing, le webmarkting, l’animation de communautés ou la marque employeur, l’équipe devrait passer à 25 personnes fin 2018.

Transférer cet article à un ami