"Grâce à notre rachat par HR Path, nous ambitionnons d’atteindre les 20 millions de chiffre d’affaires", Cyrille Dubois, Sages Software


Par Aurélie Tachot | le mercredi 29 juillet 2015 | Conseil Paie
"Grâce à notre rachat par HR Path, nous ambitionnons d’atteindre les 20 millions de chiffre d’affaires", Cyrille Dubois, Sages Software

Maintenant qu’elle est sous la coupe du groupe de conseils HR Path, la PME bordelaise Sages Software, spécialisée dans l’édition de logiciels RH, prévoit de déployer une stratégie commerciale plus agressive, notamment auprès des grands comptes et de se lancer sur le marché de l’externalisation, comme l’explique son directeur général, Cyrille Dubois.

Pourquoi avez-vous décidé, il y a quelques semaines, de vous adosser à HR Path ?

Etant donné les mouvements qui s’opèrent sur le marché, nous avions du mal à répondre à toutes les demandes. Nous avons donc formulé l’idée de nous adosser à un grand groupe afin de gagner en visibilité et de bénéficier de moyens supplémentaires, notamment de benchmarks. Plutôt que d’accepter l’offre de rachat d’un éditeur, nous avons choisi une société de conseils spécialisée dans le SIRH. Notre condition était de pouvoir garder la main sur notre solution intégrée Pandore, spécialisée dans la gestion des ressources humaines, de la paie et des temps.

Qu’est-ce que ce rachat va changer dans le développement de vos solutions ?

Les synergies qui existent entre HR Path et Sages Software devraient nous permettre d’accélérer le développement de notre solution mais aussi d’investir davantage dans le cloud. Concrètement, ces dernières semaines, nous avons déjà entièrement revu la logique de développement de nos outils, afin de gagner en réactivité sur le marché. Notre solution Pandore, qui a peu évolué ces dernières années, devrait rapidement s’enrichir d’un portail RH (ESS/MSS) permettant aux entreprises de décentraliser la gestion administrative de leurs RH, la paie multi-conventions…

Quelles sont vos nouvelles ambitions sur le marché ?

Aujourd’hui, notre objectif est double : élargir notre offre en nous lançant sur le marché de l’externalisation et adresser le marché des grands comptes, en plus de celui des ETI qu’on cible aujourd’hui via nos 1000 clients. Grâce au rachat, nous ambitionnons, d’ici cinq ans, d’atteindre le cap des 20 millions de chiffre d’affaires, contre 2,6 millions actuellement et un résultat net de 196 000 euros en 2014. C’est un objectif ambitieux qui passera par le recrutement de consultants. Ils viendront compléter notre équipe de 26 collaborateurs installés au sein de notre siège social, en Aquitaine.

Transférer cet article à un ami