L’ANDRH ouvre le débat sur les jours fériés


Le lundi 02 juillet 2012 | Évaluation RH
L’ANDRH ouvre le débat sur les jours fériés

 

Renforcer le dialogue social et la diversité : c’est autour de ces deux grands thèmes que l’Association Nationale des DRH a décliné ses propositions pour améliorer la compétitivité des entreprises. L’association a tenu ses Assises nationales, le 29 juin dernier, sur le thème « Le DRH et les enjeux de la compétitivité » en présence de Michel Sapin, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.

 

Crise oblige, la compétitivité est au coeur de l’action des DRH. « Nous avons décidé de prolonger nos propositions des Assises 2011 sur le dialogue social, en allant plus loin, car nous avons la conviction qu’aucune compétitivité durable ne peut être acquise sans un dialogue social de qualité », a déclaré Jean-Christophe Sciberras, président de l’ANDRH. Parmi les principales propositions, on en retrouve en effet quelques-unes déjà formulées dans le passé : inciter les salariés à l’engagement syndical, recourir au référendum en cas de blocage de la négociation collective, réunir la multiplicité des instances de représentation du personnel en une instance unique de concertation et de négociation, favoriser la relève syndicale et enfin, modifier une culture managériale souvent fondée sur la méfiance.

 

« Neutraliser trois des six jours fériés d’origine chrétienne » 

 

C’est la nouvelle proposition de l’ANDRH qui risque de faire du bruit ! En effet, l’association propose l’ouverture d’un débat national sur le positionnement des jours fériés. Noël, le lundi de Pâques et la Toussaint échappent à la règle car « ces fêtes revêtent désormais une forte dimension sociétale. Les conserver constitue donc un facteur de cohésion sociale ». Par contre, le jeudi de l’Ascension, le lundi de Pentecôte et l’Assomption seraient banalisés et pourraient être pris librement par les salariés à leur convenance, selon les fêtes de leur religion par exemple, ou à celle de l’entreprise. « C’est une question d’égalité et cohésion des droits, explique le président de l’ANDRH. Et cela favorise aussi la compétitivité en permettant d’utiliser les outils de production en continu ou d’élargir les temps de prestation .» Quant à Pascal Bernard, vice-président de l’association, il entend ainsi « dépassionner le débat et désamorcer les intégrismes ». L’ouverture de ce débat a été qualifiée de sujet « sensible et délicat » par le Ministre.

 

Parmi les autres propositions en faveur de la diversité : mettre en place des indicateurs permettant de mesurer les minorités visibles et non visibles, sur le principe de l’auto-déclaration pour surmonter les obstacles juridiques et favoriser la diversité dans les process RH afin d’accroître les motivations et la compétitivité.

 

La Grande Conférence Sociale, qui aura lieu les 9 et 10 juillet prochains, abordera de nombreux sujets, à travers sept tables rondes thématiques sur les grands enjeux sociaux : l’emploi des jeunes, la formation, la qualité de vie au travail ou encore le redressement productif national.

 

Magali Morel

 

Pour retrouver l’ensemble des propositions de l’ANDRH :

http://www.andrh.fr/information/liste-des-actualites/propositions-de-l-andrh-2012

Transférer cet article à un ami