6 astuces pour que le télétravail soit une réussite


Par Séverine Dégallaix | le mardi 23 janvier 2018 | Mobilité interne
6 astuces pour que le télétravail soit une réussite

Risques d’isolement, manque de contrôle sur l’activité du salarié concerné, défis managériaux… Le télétravail inquiète encore de nombreuses entreprises. Pourtant, il suffit de prendre quelques précautions pour en récolter les bénéfices.

1-   Etre convaincu de ses vertus

C’est la première condition pour que le télétravail ne soit pas un échec : « l’entreprise doit le faire non pas sous la pression des salariés, mais parce qu’elle est convaincue que le télétravail améliore la qualité de vie au travail, et qu’une meilleure qualité de vie au travail, ce sont de meilleurs résultats », pose tout d’abord Yves Lasfargue, directeur de l'OBERGO (Observatoire des conditions de travail et de l’ergostressie). Il lui faut aussi accorder une confiance totale à ses télétravailleurs.

2-   Désigner un référent

« Les salariés vont avoir beaucoup de questions à poser, il faut qu’il y ait une voix homogène qui puisse leur répondre. Cela ne peut pas être quelqu’un des RH qui s’en occupe seulement à mi-temps. Au début, il faut consacrer beaucoup de temps au télétravail. » L’étape suivante consistera à former les managers aux challenges du management à distance.

3-   Négocier un accord

Le référent pourra s’occuper des négociations. L’accord doit préciser le cadre du télétravail : les procédures de demande de télétravail et de réponse, les métiers concernés, la durée (généralement à temps partiel, entre 1 et 3 jours par semaine), le lieu (à domicile ou dans un télécentre par exemple), les plages de disponibilité au cours desquelles le télétravailleur doit pouvoir prendre un appel de sa hiérarchie ou de ses collègues…

4-   Adapter la charge de travail

Lorsque les salariés sont au bureau, leur manager voit en direct s’ils ont l’air démunis ou au contraire débordés. En télétravail, « la charge de travail est définie par des objectifs à atteindre. Il faut trouver un moyen de mesurer les résultats. Le plus simple est de fixer des objectifs mensuels et d’organiser un point chaque fois que le télétravailleur revient dans l’entreprise, mais cela dépend du métier et de la culture. » L’important étant que le niveau d’occupation soit le même que pour les collègues non télétravailleurs.

5-   Assurer le lien social

C’est l’un des grands défis du télétravail. L’une des solutions : bannir le télétravail un certain jour de la semaine afin de pouvoir organiser des réunions en présentiel avec toute l’équipe. Une autre consiste à faire tester le télétravail par les managers eux-mêmes : ils prendront ainsi conscience des difficultés du télétravailleur, notamment le risque d’isolement, et apprendront à mieux les gérer.

6-   Prendre les frais en charge

Ils se divisent en trois grandes parties : matériel, connexion et frais annexes de type chauffage. « Aujourd’hui, la plupart des entreprises se contentent de fournir le matériel, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité et de confidentialité », note Yves Lasfargue. Mais si vous participez davantage financièrement, vos télétravailleurs seront reconnaissants et plus efficaces. 

Transférer cet article à un ami