Tribune - Le mobile a ses codes, que le web ignore par Antoine David


Le lundi 18 mars 2013 | Emploi sur mobile
Tribune - Le mobile a ses codes, que le web ignore par Antoine David - D.R.
Nous ne le répéterons jamais assez mais le WEB est différent du Mobile. Trois points sont en conflit : L’approche client, la technologie et le business model.

L’approche client Le web est ce grand espace universel générateur d’une nébuleuse diffuse de contenus

N’est-il pas difficile aujourd’hui de faire la différence entre un contenu médiocre et un contenu de qualité trouvé sur Internet ?

En nous bombardant sans cesse d’informations, le web tue l’information. En s’adressant à tout le monde sans prendre la peine de circonscrire l’information, le web s’essouffle, se fatigue.

A l’inverse, le mobile, ce petit outil personnel, est totalement customer-centric et information-oriented. Intimement lié à son propriétaire, il fournit des informations concises contextualisées et géolocalisées qui touchent directement et individuellement son utilisateur. Tout ceci est rendu possible grâce à une ergonomie mobile extrêmement bien pensée qui se traduit par une navigation simple, intuitive, et action-oriented.

Le client bénéficie ainsi d’un service entièrement personnalisé voir sur mesure, ce qui crée inévitablement une relation de proximité entre la marque et l’utilisateur bien plus puissante que sur le web.

La technologie

Le responsive design ou le responsive web design est comme son nom l’indique une technologie développée par les acteurs du web qui consiste à adapter un site web à un écran mobile (essentiellement). Avantage : 1 seul : le prix ; Inconvénients : Un grand nombre. Pourquoi ?

Parce que le web, c’est le clic et le mobile, c’est le touch. Le clic impose une distance entre l’utilisateur et l’ordinateur alors que le touch permet à l’utilisateur de ne faire qu’un avec le mobile. Le savoir-faire web ne se calque pas sur le savoir-faire mobile, tout simplement.

Autre différence, l’application mobile propose un mode non connecté, ce que ne peut pas faire le site web. Cette option permet à l’utilisateur de consulter des pages préalablement chargées sans avoir accès à une connexion internet.

La logique de paiement en ligne est également un élément qui varie suivant que l’on paye depuis un ordinateur ou un mobile. Sur le téléphone portable, l’utilisateur n’enregistre qu’une seule fois ces coordonnées bancaires.

Le Business model

Le business model du mobile est disruptif par rapport au business model du web et rend celui de la presse papier poussiéreux.

D’un média à la visibilité à un média à la performance, le mobile a cassé les codes.

Prenons l’exemple du marché des petites annonces et analysons-le selon les 3 systèmes.

Il y a 20 ans, à l’époque où la presse papier régnait en maitre, le recruteur payait la publication de sa petite annonce dans un quotidien national au prix de 1500 euros pour qu’elle soit visible auprès du plus grand nombre. On peut alors parler de « pack visibilité ». Dans les années 2000, le recruteur postait son annonce sur un jobboard au prix de 500 euros. La recherche sémantique permettait alors au recruteur de toucher une population plus restreinte de candidats.

Aujourd’hui, le mobile réinvente le business model du web. La publication d’une annonce sur Rue de l’Emploi par exemple est gratuite en plus d’être géolocalisée.  Le recruteur achète uniquement  les CVs des candidats qui correspondent parfaitement à ses critères, soit 100 % de la cible. On parle alors de média à la performance.

En conclusion, le mobile n’est pas complémentaire du web, il s’agit véritablement de deux médias à part entière tout comme le sont la télévision et la radio.

Antoine DAVID

A propos de l’auteur : 
Antoine DAVID est le fondateur de Social City Media (éditeur de Rue de l’emploi & jobhighway : Jobboard 100 % mobile et de Mobile RH Factory : Solutions RH mobiles pour les entreprises). Ancien directeur du développement de Monster Worlwide, il avait déjà fondé en 2005 Mobiljob, première société européenne des services Mobile internet dans le secteur des classifieds emploi. Directeur ensuite du pôle emploi de Spir communication, il intervient au Board internet qui voit se développer les produits du groupe sur le web et le mobile (Lacentrale, logic-immo, Le boncoin, Topannonces…). 

Il fonde en 2010  ADNetwork, un bureau d'étude et d’ingénierie spécialisée dans le digital afin d’accompagner les sociétés dans leur révolutions mobiles (tablette & mobile) jusqu'à la recherche de financement public & privé. Expert dans les technologies mobiles, son objectif principal est d’apporter au marché des RH les nouveaux outils digitaux pour améliorer les relations humaines dans et autour de l’Entreprise.

Transférer cet article à un ami