Bowkr réinvente la pile de CV


Par Xavier Biseul | le mardi 26 février 2019 | Emploi sur mobile
Bowkr réinvente la pile de CV

Renommée "La Pile de CV by Bowkr", l'application mobile propose désormais un système de points permettant aux candidats de figurer en tête des listes de CV.

Léo Kinany-Martelli et Morgan Tomasini, les deux fondateurs de l'application mobile Bowkr, n'avaient a priori aucune raison de lancer leur start-up RH. Le premier était dans l'hôtellerie restauration, le second DJ. Par leurs expériences personnelles, ils constatent que les applications spécialisées ne correspondent pas à leur mode de vie ni à celui de leurs proches. "La tendance est à l'emploi flexible. Non pas flexible dans le sens précaire mais dans la volonté d'être libre. De plus en plus d'actifs veulent travailler pour bouger, rencontrer d'autres personnes", observe Leo Kinany Martelli, PDG de Bowkr. En 2016, la start-up bastiaise lance donc une application dédiée aux professionnels de la vente, du numérique, du divertissement ou des saisonniers de l'hôtellerie restauration en inversant les codes du recrutement. "Au lieu d'aller à la pêche aux candidats, en postant une offre, le recruteur part à la chasse en consultant une base de profils", poursuit Leo Kinany Martelli. Bowkr se charge de la mise en relation entre employeurs et candidats.

Un concept initial trop radical ?

L'application connaît un certain succès avec 40 000 téléchargements et 14 400 mises en relation pour un taux estimé de 70% de concrétisation. Le concept semble toutefois trop radical pour certains utilisateurs. "Le recruteur a l'habitude d'être passif et le candidat actif. Le concept original pouvait poser des problèmes aux deux parties". Début 2019, Bowkr se repositionne et devient "La Pile de CV by Bowkr". "Nous avons reproduit les méthodes classiques du recruteur, à savoir la pile de CV sur son bureau." Le candidat redevient, lui, actif. Par un système de gamification, plus il remplit son profil, plus il gagne des points. Une langue parlée lui octroie 500 points, un Master 2500 points, une expérience d’un an 2000 points, etc. Le candidat a aussi la possibilité de mettre en avant son profil en visionnant des publicités, en parrainant un proche ou en partageant son profil.

Tous ces points lui permettent de monter dans les piles de CV classées par activité ou lieu. Le candidat peut choisir jusqu'à trois métiers, qui peuvent n'avoir aucun lien entre eux, afin de coller aux attentes des slashers qui cumulent plusieurs jobs. La start-up utilise aussi un algorithme pour effectuer des tris de profils par activité, lieu et disponibilité.

50 000 utilisateurs et 38 000 CV

Le candidat précise le type de contrat de travail souhaité : contrat saisonnier, CDD, freelancing, échanges de prestations entre entrepreneurs… Il indique aussi sa ville de résidence et celle où il aimerait travailler. Des utilisateurs déclarant vouloir aller à Madrid, Londres ou Rome, l'application a été traduite en anglais, en italien et espagnol. Du côté des recruteurs – principalement des PME -, l'accès est gratuit. A moyen terme, la start-up envisage des offres premium pour les "gros" recruteurs. Deux mois après le lancement de "La Pile de CV", le pari est gagné selon Léo Kinany-Martelli, qui avance désormais 50 0000 utilisateurs et 38 000 CV.

Depuis peu, l'application propose une nouvelle option à destination des demandeurs d'emploi : un certificat de recherche active d’emploi. Calculé automatiquement à partir de l’activité dans l’application, ce certificat permet d’évaluer l’assiduité du candidat, le nombre de ses connexions, les mises à jour de son CV, les conversations entamées avec des recruteurs… Une réponse à la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » annonçant un renforcement des contrôles des demandeurs d’emploi. Pour assurer le développement de l'application, Bowkr a levé 500 000 euros auprès d'ACG Management, et 180 000 euros auprès de Bpifrance.

Transférer cet article à un ami