3 min avec David Rodriguez, CornerJob


Par Aurélie Tachot | le mercredi 26 avril 2017 | Emploi sur mobile

En septembre 2015, CornerJob a fait une entrée remarquée sur le marché des jobboards. Tellement remarquée que la start-up a bouclé, peu après son lancement, une levée de fonds de 10 millions de dollars en cash et en « media for equity ». Un an et demi après, elle poursuit son ascension sur le segment des profils non-cadres. A vitesse grand V.

Comme ses concurrents Kudoz, JobMinute et Mitch, CornerJob fait partie des acteurs qui ont parié que le recrutement se jouerait sur le mobile. Le succès que la start-up connaît depuis son lancement en septembre 2015 démontre qu’elle a eu le nez fin. Aujourd’hui, son application mobile dédiée aux profils non-cadres, se targue d’être à l’origine de plus de 200 000 embauches. Elle enregistre, par ailleurs, plus de six millions de téléchargements et recense un million d’utilisateurs actifs mensuels.

Cette réussite, CornerJob l’attribue à un facteur : la simplicité d’utilisation de son application, côté candidats comme recruteurs, qui ringardise les traditionnels CV et lettres de motivation. Une approche qui génère une traction : en moyenne, les recruteurs reçoivent 60 candidatures par offre d’emploi publiée, et ce dès le premier jour de publication. Sont-elles toutes qualifiées ? Difficile de le savoir. Pour qu’elles soient pertinentes, CornerJob assure investir dans un outil de matching et des chatbots.

Comment l’application CornerJob progresse-t-elle depuis son lancement ? En quoi consiste le partenariat que la start-up vient de signer avec le géant de l’intérim Randstad et qui offre un service mobile couvrant toutes les étapes d’un recrutement ? Sur quels projets travaillera-t-elle en 2017 ? Les réponses de David Rodriguez, CEO de CornerJob.

Transférer cet article à un ami