Uptale démocratise l’immersive learning


Par Aurélie Tachot | le mardi 22 mai 2018 | e-learning et CPF
Uptale démocratise l’immersive learning

Lancée il y a un an et demi, la start-up Uptale invite les entreprises à entrer dans l’ère de la formation expérientielle. Comment ? En commercialisant une plateforme permettant aux entreprises de créer, à partir de leurs propres contenus à 360°, des modules courts d’immersive learning. Les explications d’Aurélie Truchet, co-fondatrice.

Comment est née Uptale ?

Uptale a été fondée début 2017 par quatre personnes aux parcours complémentaires : deux anciens lead developers de Microsoft, un entrepreneur ayant fondé une agence de communication et moi-même, qui suis issue du monde de la formation. Notre volonté était de proposer un nouveau média capable d’offrir un apprentissage émotionnel. La réalité virtuelle nous a semblé être une technologie intéressante d’un point de vue pédagogique puisqu’elle met les apprenants en situation. Nous avons toutefois constaté qu’il y avait trop de barrières pour que cette technologie soit déployée. Le budget pour développer des modules en VR est conséquent. Sans compter le coût des équipements !

Comment adressez-vous cette problématique ?

Nous avons créé une plateforme qui démocratise l’immersive learning. Elle permet de créer des modules de formation en quelques clics et de les diffuser. Il suffit aux entreprises d’importer leurs photos ou vidéos à 360°, comme sur Powerpoint. Notre outil ajoute ensuite une couche interactive : il intègre par exemple des éléments contextuels, de gamification. Comme sur un serious game, il invite les apprenants à prendre des décisions pour avancer dans leur parcours. La particularité de nos modules, c’est qu’ils peuvent être diffusés via un simple navigateur web, depuis un PC, une tablette ou un smartphone. Le casque en VR n’est pas forcément nécessaire : la 360° est visible à l’œil nu.

Quelles typologies d’entreprises se montrent intéressées ?

Aujourd’hui, nous dénombrons une cinquantaine de clients. Les grands comptes issus du secteur industriel comme PSA et Schneider Electric se montrent particulièrement intéressés. Notre plateforme se prête effectivement bien aux entreprises souhaitant former leurs salariés aux règles de sécurité dans une usine, par exemple. Nous avons aussi des clients dans le retail, notamment Accor et Danone. Ils apprécient de pouvoir immerger leurs commerciaux dans des lieux difficilement accessibles, par exemple au Congo, pour gérer un réapprovisionnement de stocks. Les universités, dont le CNAM et Harvard, ainsi que les organismes de formation sont également intéressés.

Transférer cet article à un ami