Start-up RH : Daylindo ancre les acquis de la formation


Par Séverine Dégallaix | le mardi 03 avril 2018 | e-learning et CPF
Start-up RH : Daylindo ancre les acquis de la formation

C’est un fait qui a de quoi désespérer les RH : un collaborateur envoyé en formation ne retient pas tout ce qu’il y apprend et n’applique pas forcément les conseils qu’il y a reçus dans ses tâches au quotidien. Gerardo Marcotti, le fondateur de Daylindo, explique comment l’outil peut aider, grâce à la ritualisation, à changer les choses.

Que propose Daylindo aux entreprises ?

Nous sommes partis d’un constat connu : on ne se souvient que de 5 à 10 % de ce qu’on écoute, contre 70 % des apprentissages que l’on met en pratique. L’objectif de Daylindo est d’aider à un renforcement des acquis en travaillant sur ces mises en pratique et sur la ritualisation, afin d’améliorer le retour sur investissement de la formation. On sait qu’il faut 21 jours d’application au quotidien pour adopter un nouveau comportement. Le format est donc adapté à des formations pratiques, à des rituels métiers. C’est idéal notamment pour le management de proximité, les questions réglementaires qui imposent d’accomplir certains gestes chaque jour ou encore les réflexes à adopter. Concrètement, si une banque veut que ses vendeurs utilisent bien leur tablette, l’allument tous les matins et y remplissent un formulaire d’une façon précise, la liste d’actions correspondantes est disponible sur le téléphone du vendeur et lui permet de cocher lorsque cela a été fait. Une fois qu’elles ont été assez répétées, les actions sont ancrées dans les habitudes.

La ritualisation est-elle la seule clé pour ancrer les acquis ?

Nous proposons également un système d’émulation positive via une communauté. Grâce à la plateforme, les utilisateurs partageant un même apprentissage pratique peuvent voir ce que font les autres et ainsi se motivent entre eux, pour ne pas rester en arrière. Le moteur permet, par ailleurs, de fonctionner sur un système de récompense, dans une logique de gaming, en attribuant des points lorsqu’une action est réalisée. Toutefois, pour l’instant, la plupart des entreprises nous disent qu’elles ne souhaitent pas encore fonctionner de cette façon, afin d’éviter une trop grande compétition entre les collaborateurs.

Comment les contenus sont-ils créés ?

Nous utilisons des documents qui existent déjà dans l’entreprise ou dans les organismes de formation. Dans le cas de ces derniers, ils peuvent ainsi proposer notre outil en guise de suivi de la formation à leurs clients. Il peut s’agir d’un Powerpoint recensant les bonnes pratiques, que nous convertissons en contenus simples avant de les charger sur la plateforme web du client afin qu’ils soient diffusés aux publics cibles. L’entreprise peut s’en occuper elle-même, ou nous pouvons l’accompagner. Les RH ont accès à un tableau de bord central où ils peuvent déployer des contenus et mesurer la mise en application par les apprenants. Ainsi, si un contenu n’est pas appliqué, ils le voient et peuvent chercher une explication. Est-ce l’action qui n’est pas adaptée au contexte ? Est-ce l’animation de la communauté qui fait défaut ? Nous proposons aussi la possibilité aux apprenants de remonter eux-mêmes leurs bonnes pratiques, afin que la hiérarchie puisse les rediffuser si elle le souhaite.

Transférer cet article à un ami