Le blended-learning s’impose dans la formation


Le jeudi 28 mars 2019 | Digital Learning
Le blended-learning s’impose dans la formation - D.R.
Bye-bye les formations en salle ! Poussé par de nombreux outils tels que la vidéo et la réalité virtuelle, le blended-learning était la modalité pédagogique la plus plébiscitée par les professionnels de la formation en 2018, d’après une enquête réalisée par l’ISTF entre octobre et décembre derniers, auprès de 400 experts

64 % des modalités en blended-learning

La formation mixte, mélangeant les dispositifs présentiels et distanciels, prend de l’ampleur. En 2018, elle a représenté 64 % des modalités mises en œuvre, soit 8 % de plus qu’en 2017. La poussée du blended-learning se fait au détriment du présentiel, qui continue sa chute avec 4 points de moins en 2018. Seuls 29 % des répondants réalisent des parcours 100 % en présentiel. Le secteur public fait toutefois office d’exception : le présentiel représente encore 45 % des parcours mis en place.

31 % corrèlent le digital à l’efficacité

D’après l’ISTF, c’est la recherche d’efficacité qui amène les entreprises à digitaliser leurs formations. Cet argument est cité par 31 % des sondés, devant la réactivité face aux enjeux business (23 %) et la réduction des coûts de formation (19 %). A noter que le digital learning est confronté à trois obstacles : le manque de temps des équipes formation (24 % des réponses), de budget (24 %) et de compétences (19 %). Le manque de performance des outils est, quant à lui, cité par 16 % des sondés.

14 % jugent le micro-learning efficace

Malgré la montée en puissance du digital et le recul des formations en salle, le présentiel reste, aux yeux des responsables formation, la modalité la plus efficace (22 % des sondés), devant la classe virtuelle (16 %), le fast-learning (moins de 15 min, 14 %), le micro-learning (moins de 2 minutes, 14 %, contre seulement 2 % en 2016). A noter que les « nouvelles » modalités comme la réalité virtuelle, la vidéo et le mobile learning affichent des taux d’efficacité encore faibles, entre 8 et 10 %.

Le tutorat est un gage de réussite

Le suivi de l’apprenant par un formateur joue un rôle clé dans l’efficacité d’un dispositif de formation digitale. Il arrive même en tête des critères de motivation pour achever une formation en ligne (19 % des votants). Pour les responsables formation, l’outil de tutorat le plus efficace est la classe virtuelle (25 % des voix, contre 20 % en 2017), le tchat (17 %) et le mail (16 %). C’est la raison pour laquelle cette modalité pédagogique trouve de plus en plus sa place dans les SPOC déployés en entreprise.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami