Et si la formation s’inspirait de l’expérience militaire ?


Le vendredi 07 novembre 2014 | Digital Learning
Et si la formation s’inspirait de l’expérience militaire ? - D.R.
Puisque les responsables formation sont sans cesse en quête de pratiques inspirantes pour favoriser l’apprentissage au sein de leur entreprise, l’organisme Demos a proposé à l’association Mars Analogies de partager le savoir-faire pédagogique de la Défense

Zoom sur trois idées-clés qui peuvent trouver écho dans le secteur privé.

1- Favoriser le feedback du terrain

Dans le secteur militaire, les retours d’expériences irriguent largement la formation. « Les premiers hommes qui ont été déployés en Afghanistan ont reçu une fiche leur permettant de rendre compte des spécificités de cette guerre. Leurs feedbacks ont été pris en compte dans la construction des nouveaux programmes de formations. De cette manière, la deuxième vague d’hommes qui s’est rendue là-bas est arrivée avec des méthodes et des équipements différents et, surtout, mieux adaptés au contexte », a expliqué le colonel Bertrand Darras, associé chez Mars Analogies. Un exemple qui illustre bien l’importance d’ancrer les formations dans la réalité et de multiplier les passerelles entre la théorie et la pratique pour favoriser l’implication des salariés du privé.

2- Encourager les opérationnels à former

Afin que ses formations ne s’éloignent jamais de la réalité du terrain, La Défense a fait le choix de donner à chacun de ses cadres une casquette d’enseignant. « Nos formateurs ne sont pas des experts qui maîtrisent parfaitement les modalités pédagogiques, mais des opérationnels qui ont une connaissance du terrain de guerre, ce qui facilite la rotation entre la formation et les opérations militaires et qui évite que la théorie prenne trop de place dans nos programmes », a-t-il précisé. Une idée qui peine aujourd’hui à prendre son envol en entreprise. Et pour cause : les managers ne sont pas tenus, contractuellement parlant, de garantir la formation de leurs collaborateurs. Des actions de mentorat et de tutorat peuvent toutefois être structurées pour insuffler cette idée.

3- Privilégier l’apprentissage collectif

Avoir l’esprit d’équipe est l’une des qualités que la Défense demande aux futurs militaires. Pas étonnant, donc, que cette caractéristique transparaisse dans sa démarche de formation. « Afin de souder nos hommes, nous les envoyons en isolement pendant un mois, dans une ferme. A cette occasion, ils font un travail sur eux-mêmes et apprennent à vivre en communauté. A l’issue de cette expérience, nous savons si un groupe est suffisamment soudé pour être en cohésion sur le terrain ou si trop d’éléments les désunissent », a indiqué Bertrand Darras. Sans être directement duplicable en entreprise, cette idée, qui rappelle les sessions de team building, rappelle que le collectif est indispensable dans les parcours de formation, en particulier si ces sessions ciblent une équipe projet.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami