Enquête Cegos  : le climat social s’améliore en France


Le jeudi 24 octobre 2013 | Digital Learning
Enquête Cegos  : le climat social s’améliore en France - D.R.

Pour la première fois depuis 2008, les indicateurs de satisfaction permettant d’évaluer le climat social sont à la hausse. Une enquête menée par l’observatoire Cegos révèle que les salariés, en particulier les professionnels RH, s’estiment satisfait du climat qui règne dans leur entreprise ou leur administration.

L’année 2013 marquera-t-elle la fin de la morosité sociale ? La question reste en suspens. Quoi qu’il en soit, en dépit des multiples plans sociaux et d’un niveau de stress élevé, le climat social s’améliore en France, conclut une enquête de l’observatoire Cegos publiée le 17 octobre. Réalisée en septembre auprès de 1300 salariés et professionnels RH des secteurs privé et public, l’étude révèle que 52 % des collaborateurs se disent satisfaits du climat social, soit 5 points de plus qu’en 2012. Les DRH interrogés sont encore plus optimistes, avec 66 % de réponses positives. Pour Valérie Jaunasse, spécialiste des relations sociales chez Cegos, ces résultats - quoique surprenants - peuvent s’expliquer par le fait que « les salariés ont eu plusieurs années pour s’adapter au contexte socio-économique et ils revoient certainement leurs attentes à la baisse, se considérant déjà chanceux d’avoir un travail », précise-t-elle.

Des salariés confiants dans l’avenir

Preuve que la crise peut avoir une incidence positive sur l’ambiance de travail : la confiance entre les managers et les équipes progresse, notamment dans le public, et l’entraide entre collègues se renforce de 6 points par rapport à 2012. Si 81 % des salariés se déclarent impliqués dans leur travail, ils ne convainquent pas les DRH, qui sont seulement 62 % à juger le niveau de motivation et d’implication de leurs collaborateurs élevé. Après une période de défiance, les salariés semblent de nouveau avoir confiance dans l’avenir de leur entreprise : 51 % jugent les orientations stratégiques de leur société claires, soit 12 points de plus qu’en 2011. « Ce résultat laisse penser que les efforts de communication et de pédagogie des entreprises portent leurs fruits », selon Valérie Jaunasse. Autre fait saillant, les collaborateurs formulent de plus en plus le désir d’être acteurs de leur carrière : 56 % des sondés se tournent vers des formations pour bâtir leur futur professionnel. Leurs compétences sont, par ailleurs, bien évaluées pour 40 % d’entre eux, contre 29 % en 2011, ce qui confirme l’idée selon laquelle la GPEC est un levier efficace d’employabilité.

L’entreprise encore trop cloisonnée

Ce n’est pas parce que les indicateurs concernant le climat social repartent à la hausse que tout est rose dans les entreprises et les administrations pour autant, souligne l’observatoire Cegos. « Ces dernières restent perçues comme froides et caractérisés par une dimension humaine insuffisamment prise en compte dans les décisions stratégiques », précise Valérie Jaunasse. Seuls 36 % des salariés affirment qu’il existe une bonne coopération entre les différents services, dont 56 % des DRH. L’enquête révèle par ailleurs que les collaborateurs manquent de visibilité sur les emplois de demain : seule une minorité (33 %) considère que leur employeur offre des perspectives d’évolution intéressantes. Conséquence : les actifs sont 51 % à garder un œil attentif sur les opportunités offertes par les autres entreprises du secteur.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami