Le Big Data  : une menace ou une opportunité pour le recrutement  ?


Le lundi 27 janvier 2014 | Conseils SIRH
Le Big Data  : une menace ou une opportunité pour le recrutement  ? - D.R.

Si l’analyse de données concerne aujourd’hui toutes les strates de l’entreprises, elle peine encore à convaincre les professionnels RH. Pour le cabinet ConvictionsRH, qui a organisé une conférence sur le Big Data début janvier, le phénomène est pourtant trop stratégique pour être ignoré.

Le Big Data a beau faire des sceptiques parmi les professionnels RH, Yaël Malka, senior manager au sein du cabinet de conseil ConvictionsRH, est convaincue qu’il peut permettre aux entreprises d’optimiser leur recrutement et la gestion de leurs talents. « Avec l’avènement des technologies de l’information, les recruteurs ont accès à un volume d’informations important et varié sur leurs salariés : niveau d’études et de compétences, poste occupé, degré d’ancienneté, évaluation de la performance, taux d’absentéisme… Analyser ces données, c’est à la fois comprendre les ressources actuelles en termes de capital humain, optimiser leur performance, analyser les risques éventuels en cas de pénurie de profils et anticiper les futurs enjeux de l’entreprise », explique-t-elle.

Un outil d’aide à la décision

Si l’analyse prédictive de données peut aider les recruteurs à optimiser leur processus, elle ne se substitue pas à leur expertise pour autant. « En aucun cas, le Big Data ne peut remplacer le travail des professionnels RH. Il leur permet toutefois de préparer le terrain et de filtrer les candidatures avant de prendre une décision finale. Plutôt que de recevoir 150 candidats en entretien, une entreprise s’appuyant sur cette science de la donnée peut en accueillir qu’une vingtaine », avance Yaël Malka. Avant d’illustrer : « Grâce au Big Data, une société d’assurance américaine s’est récemment aperçue que les critères exigés par la direction pour les profils de vendeurs n’étaient pas les plus pertinents. Le chiffre d’affaire de ce groupe a augmenté de 4 millions de dollars, six mois après la mise en place d’un nouveau système de screening de CV. » Le critère de l’établissement où les vendeurs avaient effectué leurs études a ainsi été abandonné au profit d’éléments plus opérationnels comme, dans ce cas précis, une précédente expérience dans l’automobile ou l’immobilier, par exemple.

Les RH deviennent… des analystes !

Reste que la montée en puissance du Big Data dans la sphère du recrutement remet l’enjeu de la formation sur la table. Car l’une des conséquences de ce phénomène, c’est qu’il redessine le contour des missions des professionnels RH. « Les sociétés attendent de leurs équipes de nouvelles compétences, constate Yaël Malka. Les recruteurs devront disposer de compétences critiques en analyse et interprétation des données et être en capacité de segmenter l’information  et de mesurer les enjeux business et RH à court, moyen et long terme. » Si le Big Data s’inscrit véritablement dans la durée, les profils dotés d’une double compétence en ressources humaines et en mathématiques statistiques devraient rapidement remporter les faveurs des dirigeants.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami