Digital RH - Les effets de la digitalisation sur l’organisation du travail


Le jeudi 17 octobre 2013 | Conseils SIRH
Digital RH - Les effets de la digitalisation sur l’organisation du travail - D.R.

Si la digitalisation modifie le fonctionnement des services RH et communication des entreprises, elle réinvente également les modes de management des encadrants et l’organisation de travail des opérationnels. Invitées par le Club DéciDRH à l’occasion du colloque Digital RH, plusieurs entreprises ont partagé leurs retours d’expériences.

La digitalisation est, cette année encore, au cœur des préoccupations des entreprises. Fort de ses 268 000 collaborateurs, La Poste fait partie des sociétés ayant transformé leurs intentions en actes concrets en opérant une profonde transformation digitale. Après avoir créé, en interne, une direction du numérique transversale à l’ensemble de ses métiers, le groupe a décidé de travailler sur deux axes. « Nous souhaitons profiter du numérique pour tourner davantage notre entreprise vers nos clients et faire évoluer notre management, jusqu’ici contrôlant, ainsi que notre gouvernance », explique Sylvie Joseph, directrice des programmes de transformation digitale interne. L’une des premières actions de La Poste a été de remettre à plat son organisation pyramidale pour être plus en prise avec ses clients. « En parallèle, nous avons lancé un plan d’accompagnement sur l’enjeu managérial qui consiste à former notre population encadrante aux nouveaux rôles qu’ils doivent tenir. » Les professionnels RH sont, quant à eux, invités à tenir compte des impacts du numérique dans leur gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Ils font, eux aussi, l’objet d’un accompagnement. « L’ambition du groupe est d’effectuer, de manière itérative, un travail d’acculturation au numérique auprès de l’ensemble de nos collaborateurs, malgré le choc des cultures qui existe entre les digital natives et les baby boomers », précise Sylvie Joseph.

Le partage des bonnes pratiques favorisé

L’image de la grande muette ne caractérise pas toujours bien l’armée puisque le Ministère de la Défense a, lui aussi, décidé d’emprunter la voie de la digitalisation. En septembre 2012, l’entité publique a déployé SynopTIC, un projet composé d’un portail d’information servant de support pour publier des articles d’actualités ainsi que d’un réseau social d’entreprise limité à la sphère des agents du Ministère et hébergeant des communautés à la fois publiques et privées. « La particularité de ces deux supports c’est qu’ils ne font l’objet d’aucune modération. Les agents préalablement identifiés sont invités à partager librement leurs bonnes pratiques sur la sécurité des systèmes d’informations, l’après formation…, en respectant notre charte d’utilisation », explique Stéphane Foltzer, chef de projet du système d’informations des achats. Les deux volets de SynopTIC s’enrichissent mutuellement : des animateurs de communautés sont chargés d’éditorialiser, pour le portail d’information, les sujets les plus fréquemment abordés dans le réseau social. Les articles relayés au sein du portail d’information sont, pour leur part, également diffusés au sein des communautés. Porté par la DSI, ce projet de digitalisation a reçu un accueil favorable en interne. « Après un an d’existence, le réseau social dénombre 1200 membres », souligne Stéphane Foltzer.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami