«  Ce sont les chiffres qui m’ont amené vers le SIRH  », Sonia Cluzet, responsable SIRH, EY (ex-Ernst & Young)


Le lundi 03 mars 2014 | Conseils SIRH
" Ce sont les chiffres qui m’ont amené vers le SIRH ", Sonia Cluzet, responsable SIRH, EY  - D.R.
C’est pas à pas que le parcours de Sonia Cluzet s’est orienté vers le monde des RH. Diplômée d’un DEA de sciences économiques, elle est aujourd’hui responsable SIRH chez EY, un des leaders mondiaux de l’audit et du conseil. Un cheminement où les affinités se sont dessinées au fil du temps



« Les stratégies de marché dans un contexte oligopolistique : le cas de la reconversion du complexe militaro-industriel Russe ». Avec un tel sujet de recherche, on ne s’attendrait pas vraiment à retrouver Sonia Cluzet, une quinzaine d’années plus tard, nominée dans la catégorie « Innovation numérique » aux Trophées SIRH pour son projet de dématérialisation des flux RH. « Ma casquette de sciences économiques m’est utile tous les jours », constate la responsable SIRH d EY. Ce sont les chiffres qui m’ont amené vers le SIRH. Aujourd’hui, la donnée RH alimente toute l’entreprise. Le SIRH est essentiel, c’est un monde qui se professionnalise de plus en plus. C’est un métier très technique où l’on utilise les mathématiques et la logique. On ne manipule pas les mêmes concepts qu’un responsable RH. Le processus m’intéresse plus que la stratégie RH.»

« Un coup de cœur fonctionnel »


Si sa formation la destinait plutôt à la recherche, Sonia Cluzet s’est vite rendue compte que ce ne serait pas la voie qu’elle suivrait. « J’ai besoin d’un monde opérationnel, explique-t-elle. Je me suis dirigée vers les statistiques, c’était la période des gros recrutements en informatique dans les SSII notamment. Ce type de structures m’offraient l’opportunité d’avoir de multiplies expériences sur des problématiques complexes et urgentes sur des sujets qui changeaient souvent. Je me cherchais encore, je me suis immédiatement sentie bien car j’avais besoin de mouvement. »

C’est au cours d’une mission chez BNP Paribas que Sonia Cluzet a découvert les RH. « Un coup de cœur fonctionnel », raconte celle qui participait alors à la mise en place la plateforme de reporting. « L’informatique est un monde de règles, au contraire des RH qui est un monde d’exceptions ! Ce rôle de pont entre deux univers qui ne se comprenaient pas m’a passionné. » Forte d’une bonne culture en finance et stratégie d’entreprise grâce à sa formation, Sonia Cluzet comprend les besoins des RH et des décisionnaires tout en étant capable de les expliquer aux informaticiens afin qu’ils développent les outils nécessaires.

Après être passée d’une SSII spécialisée dans la Business Intelligence à une SSII spécialisée dans les SIRH, en 2004, Sonia Cluzet arrive chez Ernst & Young. « J’ai été conquise par la vision du DRH de l’époque lors d’une mission. Il ne concevait pas la DRH sans SIRH. Cela peut sembler trivial aujourd’hui mais il y a 8 ans, c’était une idée neuve et peu de DRH en avait conscience. »

« Tout mon parcours a repris du sens »


Création d’une plateforme de reporting automatisée et des tableaux de bord de pilotage RH, mise en place sur la zone Europe de l’Ouest, globalisation du SIRH… Autant de « problématiques passionnantes » que Sonia Cluzet gère depuis son arrivée chez  EY.

Et parmi ces problématiques, celle sur laquelle Sonia Cluzet a planché en 2012 s’est révélée être un vrai challenge. Allier recherche d’efficacité en interne, confort pour les collaborateurs et responsabilité sociétale. « J’ai eu carte blanche pendant deux mois pour réfléchir à la façon d’utiliser le SIRH pour répondre à ces besoins. C’est ainsi qu’est né le concept de l’original électronique : l’idée de dématérialiser les flux RH et non les stocks, pour ne pas continuer à stocker du papier. Il a fallu monter une offre car rien n’existait sur le marché.  » Avec plus de 1000 recrutements par an,  EY a donc pris le parti de dématérialiser tout le processus d’entrée des collaborateurs. Exit les documents d’accueil papier de même que les contrats ou encore les convocations pour formation. « Le défi est relevé : les équipes RH sont plus opérationnelles car elles peuvent dégager du temps pour les tâches à valeur ajoutée et se recentrer sur leur métier, la vie des collaborateurs est simplifiée et nous avons réduit notre consommation de papier de façon drastique. » Défi doublement relevé puisque mené en parallèle comme projet d’étude pour le Master 2 Management des Systèmes d’Information ESSEC/TELECOM Paris suivi par Sonia Cluzet en alternance à la même époque. « Tout mon parcours a repris du sens. Je m’étais orientée vers la recherche mais je ne trouvais pas cela assez opérationnel. Et là, j’ai fait de la recherche opérationnelle ! »

Magali Morel

Transférer cet article à un ami