Les postes RH dont les rémunérations augmenteront en 2020


Le jeudi 05 septembre 2019 | Cabinet de recrutement / intérim
Les postes RH dont les rémunérations augmenteront en 2020 - D.R.
D’après l’IFOP, 44 % des recrutements sont considérés comme « difficiles ». Pas étonnant, donc, que les entreprises cherchent à s’entourer des meilleurs profils RH, alors même que la guerre des talents continue de faire rage. La bonne nouvelle, c’est que ces dernières sont prêtes à consentir des augmentations de salaire aux profils les plus stratégiques. Zoom sur les postes qui devraient voir leurs salaires gonfler en 2020

Chargé de recrutement

Sourcer des candidats, gérer un vivier de talents, élaborer des fiches de poste et recruter les candidats au bon poste sont autant de missions clés pour l’entreprise. Pour trouver les potentiels dont l’organisation a besoin pour se développer, c’est le chargé de recrutement qui est aux manettes. En 2020, ce profil sera l’un des plus recherchés dans son secteur, dévoile l’étude de rémunérations 2020 de PageGroup. « Sous l’effet d’un marché en forte croissance, les entreprises cherchent toutes à renforcer leurs équipes. Une pénurie est ainsi apparue sur le profil de chargé de recrutement. Du fait de cette pénurie, les profils juniors justifiant d’une expérience de moins de cinq ans voient leurs rémunérations augmenter de 5 à 9 % », explique Marlène Ribeiro, directrice executive de Michael Page. Un profil ayant entre deux à cinq ans d’expérience peut désormais briguer un salaire annuel brut de 35 000 à 40 000 euros. Avec plus d’expérience, cette rémunération peut atteindre les 55 000 euros annuels.

Responsable des relations sociales

Considéré comme un « spécialiste » par ses pairs RH, le responsable des relations sociales assiste le DRH dans ses relations avec les instances du personnel et les partenaires sociaux. Une mission difficile qui explique la pénurie de profils sur le marché de l’emploi. Résultat : le salaire de ce professionnel se situe dans le Top 3 des profils les mieux rémunérés. En 2020, le responsable des relations sociales verra logiquement sa rémunération augmenter. En début de carrière, son salaire annuel est désormais estimé entre 55 000 et 60 000 euros brut. S’il est issu d’une formation en droit social, son salaire varie plutôt entre 65 000 et 75 000 euros. « On constate, dans certains recrutements, une surenchère du salaire du responsable des relations sociales en fin de recrutement. Les entreprises sont en effet prêtes à faire des efforts financiers conséquents pour capter le bon profil, de l’ordre de 20 % », décrypte Marlène Ribeiro.

Responsable paie

De manière générale, les profils spécialisés dans la paie afficheront des rémunérations en hausse en 2020. Le responsable paie, toujours aussi rare sur le marché du fait de la complexité de ses missions et de la cadence des réformes sociales, n’échappera pas à la règle. « Les profils dotés d’une culture internationale avec un anglais courant et une excellente technicité opérationnelle sont très recherchés. Lors du recrutement, ces profils peuvent désormais bénéficier d’une augmentation de salaire de 10 à 15 % », assure Marlène Ribeiro. À partir de cinq ans d’expérience, ce spécialiste peut ainsi prétendre à un salaire annuel brut de 55 000 euros minimum. D’après PageGroup, les gestionnaires de paie devraient, eux aussi, voir leur salaire gonfler. « Les profils avec plus de deux ans d’expérience sont les plus recherchés. Ils peuvent prétendre à des augmentations de salaire de l’ordre de 5 % », indique-t-elle. À noter que 54 % sont titulaires d’un diplôme de niveau Bac+2 ou +3 selon le cabinet Pay Job.

Responsable SIRH 

La double compétence en ressources humaines et en systèmes d’information est valorisée en matière de rémunérations. À l’embauche, ce profil peut briguer un salaire annuel brut de 45 000 euros. Après cinq ans d’expérience, celui-ci peut atteindre les 65 000 à 75 000 euros, d’après l’étude de rémunérations de PageGroup. En fin de carrière, la rémunération d’un responsable SIRH peut même aller jusqu’à 120 000 euros brut par an, en particulier s’il a une maîtrise professionnelle de l’anglais. Le chef de projet SIRH est d’ailleurs cité comme un « job en or » par le cabinet de recrutement Robert Half. C’est-à-dire un métier faisant l’objet d’une véritable guerre des talents. Par conséquent, de nombreux responsables paie briguent ce poste, d’autant plus depuis qu’il a été internalisé par les entreprises.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami