"Grâce à la réforme, la fonction formation devrait sortir d’une certaine ornière administrative et se diriger vers plus d’ingénierie des compétences et de la formation", Mathilde Bourdat, Cegos


Le vendredi 24 octobre 2014 | Publi-reportage - Blended learning
"Grâce à la réforme, la fonction formation devrait sortir d’une certaine ornière administrative et se diriger vers plus d’ingénierie des compétences et de la formation", Mathilde Bourdat, Cegos

A quelques mois de l’entrée en vigueur de la loi relative à la formation professionnelle, Mathilde Bourdat, manager d’offres et d’expertise au sein du Groupe Cegos, en charge des formations continues à destination des formateurs et responsables de formation, se penche sur les enjeux et impacts de cette réforme sur la fonction RH. Entretien.

En quoi la réforme de la formation professionnelle risque-t-elle de modifier le rôle de la fonction RH ?

Avec cette réforme, l’entreprise doit aujourd’hui se poser les bonnes questions et décider si elle s’empare ou non du CPF. Ces décisions doivent se prendre en lien avec l’ensemble de la politique de gestion des ressources humaines, en particulier le travail sur les parcours et passerelles dans les filières métiers, les reconnaissances des compétences acquises en formation. Je pense que l’on devrait aller vers un décloisonnement des silos que l’on pouvait avoir jusqu’à présent entre la formation et les autres composantes de la fonction ressources humaines. Cette réforme devrait permettre à la fonction formation de sortir d’une certaine ornière administrative qui était provoquée par la notion d’imputabilité et de se diriger vers plus d’ingénierie des compétences et de la formation.

Comment les responsables formation peuvent-ils aujourd’hui se préparer à cette réforme ?

Les responsables formation doivent avant tout prendre conscience de l’importance de leur implication au sein de la politique RH de l’entreprise. Ils doivent être force de propositions pour trouver les solutions qui permettront de développer les compétences des salariés, en s’ouvrant à l’innovation pédagogique et en démontrant la contribution de la formation à la performance. Pour cela, ils s’appuieront sur les dispositifs existants, y compris sur le CPF si certaines des formations éligibles correspondent à des enjeux partagés entre l’entreprise et ses salariés. Cette réforme signe également un changement de posture pour les responsables formation car ils vont devoir apprendre à s’adresser aux comités de direction.

Que peut leur apporter l’Executive Master Management de la Formation de l’Université Paris Dauphine ?

En mettant en place cet Executive Master, Cegos et l’Université Paris Dauphine témoignent d’une vision commune de la fonction formation. Nous la considérons comme une fonction clé pour le développement des compétences des salariés et de la performance de l’entreprise. Nous avons donc organisé la formation autour de trois axes : la politique formation de l’entreprise, l’ingénierie de la formation, le pilotage de la fonction. L’objectif de cette formation est donc d’amener les responsables formation à piloter le développement des compétences au sens large et à articuler la politique formation en prenant en compte les enjeux de l’emploi dans l’entreprise.

Prochaine réunion d’information :
Mercredi 19 novembre – 18 h -  Université Paris-Dauphine. Pour plus d'informations, cliquez ici

Pour plus de renseignements sur l’Executive Master Management de la Formation de l’Université Paris Dauphine développé en partenariat avec Cegos : cliquez ici.

Transférer cet article à un ami