Moodwork : la solution bien-être au travail pilotée par des chercheurs en psychologie


Par Gérald Dudouet | le lundi 22 janvier 2018 | Bien-être au travail
Moodwork : la solution bien-être au travail pilotée par des chercheurs en psychologie

Commercialisée au printemps 2017, la solution Moodwork vise à améliorer le bien-être des salaries, à limiter leur stress et à les prévenir du burn-out en entreprise. Sous la houlette de Léopold Denis et de Benjamin Brion, déjà instigateurs de l’application Dr Mood qui traitre de l’intelligence émotionnelle, Moodwork, a pour plus-value d’avoir été validée scientifiquement.

Vulgariser et digitaliser des travaux de chercheurs en psychologie autour du bien-être en entreprise, telle est la vocation initiale de Moodwork. Portée par plusieurs chefs d’entreprises, d’un point de vue stratégique mais aussi pécuniaire, la solution bénéficie du soutien de Thierry Boiron, président des Laboratoires éponymes, de Guy Lacroix PDG d’Akka Technologies et de Bertrand Macabéo, associé-fondateur de My Cercle. La démarche scientifique étant l’un des points forts de la solution, les têtes pensantes de Moodwork se sont également rapprochées d’une équipe de chercheurs en psychologie, avec à la coordination du contenu de la plateforme le docteur Moïra Mikolajczak de l’Université Catholique de Louvain. « Ensemble, nous avons créé une solution à même d’accompagner chaque salarié dans une démarche de développement personnel pour améliorer son bien-être en entreprise. Aussi toutes celles qui adoptent notre solution permettent à leurs collaborateurs de bénéficier d’un espace personnel et confidentiel, au sein duquel différents outils visent cet objectif »  atteste Léopold Denis. En premier lieu, la solution invite le salarié, sur la base du volontariat, à réaliser mensuellement, un bilan de bien-être. Composé de 39 questions ce bilan lui permet de prendre connaissance des facteurs de bien-être sur lesquels il peut capitaliser et ceux sur lesquels il lui faut s’améliorer. En outre, selon ses résultats la solution oriente le salarié vers différentes pistes allant de la prévention à la pratique d’exercices axés sur le développement personnel.

4 programmes de développement personnel adaptés au cas par cas

« A l’issue de ce bilan, le salarié se voit attribuer une note sur 100. Si son score est inférieur à 40, cela signifie que sa situation de bien-être est alarmante. Aussi va-t-on le diriger vers un test autour du burn-out afin de le sensibiliser à cette thématique » détaille Léopold. Par ailleurs, si sa note est inférieure à 60, la solution va alors lui soumettre la possibilité de lever le voile sur son identité et d’être ainsi suivi par un médecin, un psychologue du travail ou par un responsable QVT.  Selon les résultats, l’algorithme de la solution va également présenter un programme de développement personnel, adapté au cas par cas.  « A ce jour 4 programmes de ce type sont actifs : la gestion du stress, la régulation de l’hyper investissement, le développement de l’assertivité et l’appréhension des émotions positives dans le travail » explique Léopold. Chaque programme est composé d’un parcours de 8 activités qui durent entre 10 et 30 minutes.  Elles comprennent des vidéos explicatives, des conseils et des exercices visant des prises de conscience et donnant accès à des solutions. « Des dizaines de chercheurs travaillent à l’amélioration continue de Moodwork. Aussi, dès janvier, chaque salarié à l’issue d’une activité recevra par mail un feed-back personnalisé prodigué par  notre psychologue du travail », affirme Léopold. Si pour l’heure 4 entreprises  (DCS Easyware…) ont adopté la solution, soit 4000 salariés, Mercedes a donné son accord de principe pour en bénéficier en 2018.

Transférer cet article à un ami