Goalmap allie bien-être et coaching


Par Aurélie Tachot | le lundi 30 juillet 2018 | Bien-être au travail
Goalmap allie bien-être et coaching

Il y a deux ans, Malakoff Médéric révélait que 80 % des salariés français considéraient que leur entreprise avait un rôle à jouer dans leur bien-être. Une étude qui n’est pas passée inaperçue du côté de la famille Catani. Elle s’est empressée de créer Goalmap, une solution permettant aux professionnels RH de quantifier le bien-être des équipes pour personnaliser les actions à mener. Les explications d’Arthur Catani, co-fondateur de la start-up.

Pourquoi avez-vous créé Goalmap ?

Avec mon frère Damien, nous avons toujours été baignés dans l’univers du bien-être et du développement personnel : notre mère écrivait des livres sur l’alimentation saine, notre père était professeur de yoga. Lorsque mon frère a démarré sa carrière en banque d’affaires, il a été choqué du mal-être qui régnait dans sa structure. Début 2016, nous avons donc créé une application mobile BtoC en développement personnel que nous avons ensuite réorientée vers le BtoB. Aujourd’hui, l’offre Goalmap combine des diagnostics de bien-être en ligne, du coaching digital via une application mobile, déjà téléchargée 200 000 fois, et des interventions humaines via notre réseau de prestataires.

Comment réalisez-vous ces diagnostics ?

L’évaluation du bien-être se réalise sur six thématiques : l’alimentation, le sommeil, la gestion du stress, l’activité physique, la sédentarité et le développement personnel. Concrètement, nous envoyons, aux salariés d’entreprise, un questionnaire composé d’une vingtaine d’items. A partir de leurs réponses, nous leur proposons un plan d’action individualisé. Du côté des entreprises, nous présentons ces données via un tableau de bord. Notre particularité, c’est que nous ne nous contentons pas de faire un audit : nous proposons, aux entreprises, de passer à l’action, en assistant à des conférences, en participant à des ateliers, en suivant un programme de coaching…

Vous venez de clôturer une levée de fonds de 750 000 euros auprès d’investisseurs dont Crédit Agricole Capital & Innovation. Quels projets souhaitez vous mener ?

Nous avons encore beaucoup de travail à effectuer sur le produit. Avec le capital récolté via notre levée de fonds, nous souhaiterions notamment améliorer nos questionnaires, individualiser davantage nos recommandations afin de les rendre plus pertinentes, consolider notre réseau de prestataires… Nous espérons également convaincre d’autres clients puisque l’entreprise est un lieu privilégié de prévention sur les questions de santé. Aujourd’hui, nous travaillons avec des grands comptes dont Carte Noire, Lafarge, Crédit Agricole… Leur point commun est d’avoir des équipes dispersées sur plusieurs sites, donc de rencontrer des difficultés pour mettre en place des actions liées au bien-être.

Transférer cet article à un ami